Accueil » Vie de la plate-forme » Deb’ataya » 09 Neuvième Deb’ataya 7 Mars 2014

09 Neuvième Deb’ataya 7 Mars 2014

« PF ONG UE rencontre Manobi »

Le 07 Mars 2014 les membres de la Plate-forme des ONG européennes se sont réunis au siège de l’ONG ACRA pour rencontrer la société Manobi, expert dans les systèmes d’information intégrés et géographiques à forte convergence web-mobile.
Les membres de la Plateforme des ONG européennes ont sollicité une rencontre avec Manobi afin d’ évaluer les possibilités d’application des services proposés par cette société dans le secteur du développement.

MANOBI-SENEGAL est la première société en Afrique spécialisée dans la fourniture d’informations pointues collectées à temps réel sur le terrain et à l’usage des professionnels du secteur rural de la pêche et l’agro-industrie. A travers l’utilisation des smartphones et simples téléphones portables, Manobi est capable de créer un réseau d’informations qui permet d’alimenter des bases de données accessibles à tous les acteurs des différents secteurs.
Manobi propose des solutions spécifiques par filière métier pour les transformer en chaînes de valeur, et rompre la spirale de la pauvreté. Elle s’adresse au marché des ruraux en leur fournissant des services-métiers data sur réseau mobile et Internet.

Monsieur Annerose, directeur de Manobi, a présenté quelques exemples de projets réalisés au Sénégal dans les mêmes secteurs d’interventions des ONG européennes : Agriculture, éducation, assainissement.
« mAgri »
Manobi a constitué tout un catalogue de services intégrés qui permettent aux opérateurs majeurs (Etats, ONGs internationales, Organismes d’aide au développement, grands groupes...) de déployer rapidement des services de terrain :
• Recensement des producteurs, et géoréférencement précis de leurs parcelles
• Place de marché (offres et demandes) entre producteurs grands et petits, et commerçants, acheteurs, importateurs
• Relevés de prix : suivi en temps réel des prix des produits agricoles sur les différents marchés de gros ou de détail
• Informations agricoles : alertes épidémie, prévisions météorologiques, calcul de rendements par SMS
• Plate-forme collaborative pour les coopératives, associations, etc.
• Traçabilité des cultures : suivi des opérations agricoles étape par étapes au fil de l’eau

Les premiers bénéficiaires des offres Manobi sont les petits producteurs qui sont souvent pauvres et n’ont accès qu’à très peu de technologies. Ils sont inclus dans les systèmes d’information intégrés par l’intermédiaire de SMS, ou par des acteurs locaux (chefs de villages, instituteurs, réseau d’intermédiaires franchisés) via SMS ou smartphone.
La valeur ajoutée première de mAgri est de faciliter la commercialisation des produits des producteurs. Structurés en filières spécifiques ou génériques (primeurs, céréales, bétail, pêche, cueillette, cacao, mangue, arachide, café, noix de cajou, hévéa, ...), les acteurs opérationnels de la chaîne de valeur sont tous connectés : fournisseurs d’intrants et de matériel agricole, transporteurs, transformateurs, petits commerçants, grossistes, exportateurs, importateurs étrangers. Selon leur taille, ils sont intégrés au système d’information par SMS, smartphone, web.
Enfin, au-delà des acteurs opérationnels, de nombreux acteurs institutionnels ou non-gouvernementaux souhaitent pouvoir agir sur ces réseaux pour anticiper les pénuries, sponsoriser certaines étapes critiques, mesurer l’efficacité de certains investissements... Banques, Ministères et ONGs grandes ou petites disposent via une interface web d’un suivi global, avec possibilité de « drill-down » allant jusqu’aux données atomiques, datées, géopositionnées et signées.
Les bénéfices
Pour les producteurs :
• Une connaissance des prix pour la négociation de la vente de ses produits
• Une crédibilité acquise face aux banques, et donc un accès au crédit
• Une connaissance anticipée de ses rendements
• Une meilleure capacité de négociation face à ses fournisseurs
• Une traçabilité de ses méthodes de production, et donc une éligibilité à l’export
Autres :
• Les banques trouvent des clients solvables
• Les fournisseurs réduisent leurs coûts de distribution
• Les commerçants obtiennent un sourcing fiable à prix négocié
• Les transporteurs et transformateurs optimisent leur flux
• Les exportateurs et importateurs voient enfin clair dans la brousse des producteurs
• Les ONGs savent enfin ce qui se passe en détail dans leurs zones d’intervention
• Les Ministères suivent les évolutions et mesurent les besoins réels

(Informations tirées du site www.manobi.net)
« mSanitation »
mSanitation est un écosysteme de services spécialisés pour améliorer l’accès des populations aux infrastructures et aux services d’assainissement.
L’immense majorité de la population des pays en développement se trouve dans des situations inacceptables en terme d’hygiène, de santé et de qualité de vie. mSanitation adresse cette problématique en offrant des solutions métier qui structurent et optimisent les interactions entre les ménages, les vidangeurs, les stations d’épuration, les collectivités locales et l’administration.
mSanitation permet ainsi d’accélérer le passage de la vidange manuelle à la vidange mécanisée, d’étendre l’accès à la maintenance des infrastructures ou des équipements des ménéges, d’optimiser et de sécuriser le circuit de collecte des boues de vidanges jusqu’aux stations d’épurations, et finalement de réduire le coût des opérations de vidange.
(Informations tirées du site www.manobi.net)

« mSchool »
mSchool est une plate-forme interactive permettant aux élèves et enseignants de participer au suivi des conditions d’apprentissage dans les écoles primaires du Sénégal.
A l’aide d’un simple SMS, un enfant peut ainsi alerter sur l’état des toilettes, la cantine, etc. et déclencher la résolution.
Le problème
En Afrique subsaharienne, en moyenne, il y a 50 élèves par classe, particulièrement dans les premières classes ; il y a moins d’un livre de classe pour 2 élèves ; plus de 40% des écoles n’ont pas de toilettes, peu parmi elles ont des toilettes séparées pour les filles ; 50% n’ont pas l’eau potable ; plus de 80% n’ont pas l’électricité
La Solution
Un flux d’information en provenance de la base (élèves, parents, associations, enseignants directeurs) va permettre d’alerter les services administratifs concernés, et également de rechercher des solutions économiques mutualisées pour améliorer les conditions d’apprentissage. Les SMS envoyés sont représentés sur des cartes d’alerte, et déclenchent des processus de vérification, recherche de solution et de financement, suivi de la résolution des problèmes. Elèves, enseignants, administration, entreprises et ONG sont ainsi mis dans la boucle, sur la base d’informations de terrain très précises et d’un suivi en temps réel de bout en bout. Au final, les taux de déscolarisation et d’absentéisme diminuent
(Informations tirées du site www.manobi.net)

Suite à la présentation de Manobi, beaucoup de questions ont été soulevées par les ONG, parmi lesquelles :
• Le prix des services de Manobi ;
• Le rapport avec les operateurs téléphoniques locaux ;
• Les difficultés liées à l’absence du réseau téléphonique dans certaines zones du Sénégal ;
• La transparence dans la gestion des informations.
En tant que société privée, Manobi travaille avec des entreprises de dimensions moyennes et grandes.
Le but de Manobi est de mettre en place, à travers des partenariats avec l’Etat et les acteurs de la société civile, une stratégie impliquant aussi des acteurs plus pauvres qui aujourd’hui n’ont pas encore accès au marché.
Au Sénégal il y a environ 10 millions d’utilisateurs de téléphones portables et ce chiffre est en perpétuelle évolution. Cet outil est diffusé à tous les niveaux de la société sénégalaise et, grâce aussi à la simplicité des applications créées par Manobi (conçues pour être utilisées également par les analphabètes) , permet à tout le monde de participer à la création des bases de données et de bénéficier des informations répertoriées. Les échanges avec les utilisateurs du réseau permettent à Manobi d’exercer une pression sur les opérateurs téléphoniques pour améliorer leur couverture dans le pays et pour adapter les tarifs.

La commission de Manobi, en tant qu’intermédiaire dans les échanges d’informations, est calculée comme pourcentage sur bénéfice que l’utilisateur atteint grâce à la participation au réseau d’informations.

Le débat a duré toute la matinée et tous les représentants des ONG ont participé activement.
Nous espérons que les échanges entre Manobi et les ONG ont créé la base pour une future collaboration.

Annexes :
• présentation MANOBI
• feuille présences

Fait à Dakar, Le 10 Mars 2014

Riccardo Carlotti
Permanente de la Plateforme
des ONG Européennes au Sénégal