Accueil » Vie de la plate-forme » Deb’ataya » 12 Douzième Deb’ataya 16 Avril 2015

12 Douzième Deb’ataya 16 Avril 2015

« Le Maraîchage urbain »

Le 16 Avril 2015 a eu lieu la 12ème édition du Deb’ataya. Les membres de la Plateforme des ONG Européennes et leurs invités se sont réunis dans les locaux de l’ONG ACRA pour écouter deux experts qui nous ont parlé de maraîchage urbain.

Mr. Djiby Sow, coordonnateur du projet « production vivrière améliorée » pour l’ONG Helen Keller International (HKI) a partagé avec les nombreux participants son expérience.
Depuis 2003 HKI travaille dans plusieurs pays sur ce projet de renforcement nutritionnel. Au début du projet l’activité était concentrée seulement sur le micro jardinage, mais avec le temps il a évolué pour rejoindre l’objectif de contribuer globalement à l’amélioration de l’accès à la nourriture dans les familles à travers les activités de :
• Micro jardinage ;
• Aviculture ;
• Communication pour promouvoir et diffuser de bonnes pratiques nutritionnelles et sanitaires.

Les experts de HKI sont entrain de former des formateurs et des bénéficiaires dans le quartier de Guediawaye pour leur apprendre les techniques du micro jardinage. Le but est de diffuser le plus possible cette technique pour que chaque ménage arrive à avoir une autoproduction en aliments de qualité. A aujourd’hui, ils ont installé environ 1500 tables de micro jardin principalement pour la production de bissap et gombo.

Apres la présentation de HKI nous avons assisté à l’intervention de Mme Coumbaly Diaw, responsable du projet de micro jardinage de l’ONG ACRA.
Acra est actif dans le micro jardinage depuis 2006 avec le projet MILANO-DAKAR dans le cadre du jumelage entre les deux villes. Cette ONG travaille avec les écoles et une association de jardiniers dans nombreux centres de formations et de production en Italie et au Sénégal. Les étudiants partagent leurs expériences à travers une plateforme virtuelle.

Le projet d’ACRA est composé de trois phases :

1. Mise en place d’un réseau d’experts dont le but est de réaliser une centrale d’achat ;
2. Création d’une pépinière avec élevage de lombrics pour le compostage ;
3. Diffusion de la pratique du micro jardinage dans les écoles à traves la collaboration avec la ville de Dakar. Le but est de permettre aux habitants de la ville de produire des légumes pour leur propre besoin.

L’auditoire du Deb’ataya était composée par des ONG, associations et représentants de différentes communes qui travaillent directement ou indirectement dans le secteur du maraichage urbain.

Les questions qui ont été posées aux deux experts étaient concentrées surtout sur :
• Les aspects techniques relatifs à la réalisation des tables pour le micro jardinage et à l’approvisionnement des fertilisants.
• La question de la durabilité et la pérennisation de la pratique du micro jardinage.

Concernant les aspects techniques, les deux experts ont expliqué que la formation est la clef des deux projets réalisés par les ONG. Dans les centres de formation travaillent des experts qui s’occupent d’apprendre à la population urbaine les techniques de micro jardinage, fournissent le matériel et assurent le suivi. Les centres de formation ne sont pas destinés à fermer et le but c’est de garder ces endroits comme lieu de rencontre et d’échanges entre ceux qui réalisent du micro jardinage. Les centres de formation et de production représentent un exemple à reproduire à l’intérieur de chaque ménage. Les échanges entre les acteurs permettent de trouver des solutions le plus possible adaptées aux différents contextes urbain et ménagères.
Pour garantir la pérennisation du maraichage urbain les gens doivent trouver la façon de recycler certains déchets domestiques pour produire tous les intrants nécessaires au jardinage (compostage). Les experts dans ce secteur sont disponibles à collaborer pour trouver ensemble les solutions plus simples et économiques pour garantir à chaque ménage la possibilité d’autoproduire de la nourriture de qualité. Les premiers bénéficiaires de ces projets de formations sont sélectionnés à niveau communautaire et le but reste toujours de diffuser les techniques de maraichage urbain à grande échelle.

Tous les participants ont manifesté un grand interet sur la question du maraichage urbain. Nous espérons que la rencontre a été l’occasion de partager les expériences en vue de developper de nouveaux partenariats. HKI et ACRA sont toujours disponibles pour mettre en relation avec leurs centres de formation tous ceux qui souhaitent approfondir les aspects techniques ; la PFONGUE est prête à recueillir tous les commentaires et questions sur ce sujet pour contribuer à la diffusion du maraichage urbain.

Fait à Dakar le 20 Avril 2015

Riccardo Carlotti
Permanent de la PFONGUE