Accueil » Vie de la plate-forme » Deb’ataya » 19ème Deb’ataya 10 Mars 2017

19ème Deb’ataya 10 Mars 2017

« INCLUSION SOCIALE »

Le 10 mars 2017 a eu lieu la 19ème édition du Deb’ataya. Le thème de cette rencontre était l’inclusion sociale. Les intervenants de ce deb’ataya étaient les ONG membres de la Plateforme
GRET (www.gret.org) ,
ADG (www.ong-adg.be)
SIGHTSAVERS (www.sightsavers.org)
qui travaillent depuis des années pour permettre aux personnes le plus vulnérables d’être valorisées et de contribuer à la vie de leurs communautés.

Quelques principes clés à retenir sur la notion d’inclusion
• Notion d’inclusion permet d’aller au-delà de la notion de pauvreté et de mettre en évidence les inégalités d’accès aux services, aux ressources, aux droits, etc.
• Exclusion sociale, économique et politique vont de pair car les groupes qui sont socialement marginalisés sont ceux qui souffrent le plus de l’exclusion économique et qui n’ont pas accès aux espaces de dialogue et décision
• Ainsi, les processus d’inclusion nécessite d’avoir une vision globale du phénomène d’exclusion

Emilie Barrau, du Gret et Djibril Moussa Lam de l’ONG ADG ont effectué une présentation du projet OSIRIS que leurs deux ONG ont mise en œuvre conjointement.
Le projet OSIRIS (offre de services intégrés en milieu rural pour l’inclusion sociale) vise l’inclusion sociale et économique des personnes rurales vulnérables dépendant de l’économie informelle à travers le déploiement de services coopératives et mutuellistes dans 8 régions du Sénégal.
Ceci passe par :
• l’appui à la création et au renforcement de leurs organisations (mutuelles d’épargne et de crédit, mutuelles de santé, coopératives et leurs faîtières) ;
• la formation de ces personnes dans leurs activités ;
• le conseil à l’entreprenariat rural ;
• la facilitation de l’accès aux intrants, à l’accompagnement technique et à la commercialisation ;
• la facilitation de l’accès à l’épargne, au crédit aux solutions de paiement, etc.
• l’encouragement à la souscription à des services comme l’assurance agricole, l’assurance, l’assurance santé.

OPERATIONALISATION DU CONCEPT D’INCLUSION SOCIALE DANS LE PROJET OSIRIS
• Approche par services payants accessibles à travers l’adhésion aux coopératives et mutuelles (MEC&MS)
• Développement de partenariat entre fournisseurs pour la constitution d’une offre cohérente (articulation des services/produits)

Inclusion sociale :

• connexion à un réseau (coopératives et mutuelles)
• Assurance santé à travers les mutuelles de santé
• Assurance décès/invalidité pour la protection de la famille

Inclusion économique :

• Fourniture d’intrants agricoles de qualités aux membres
• Commercialisation des excédents de production
• Sensibilisation pour la constitution de l’épargne
• Financement des activités productives (crédit)
• Conseil à l’entreprenariat (BDS)
• Formation dans l’activité menée
• Assurance de l’activité et des moyens de production (Assurance perte récolte Indicielle, Assurance perte récolte classique, Assurance multirisque agricole,, Assurance mortalité bétail, Assurance hippomobile, etc.)

Inclusion politique :

• Connexion au niveau local par l’adhésion à une Coop, MEC, MS
• Connexion à un réseau plus élargie (niveau national)Þ Faîtières (RESOPP, UNAMUSC, FNMSS), moyen de participation aux politiques nationales
• Apprentissage de principe de mutualité, de coopération, d’expression collective et de choix individuel (éducation à la citoyenneté active)
• Renforcement en plaidoyer, lobbying et réinvestissement dans les instances de décisions locales et nationales

(Pour plus d’information voir fichier Powerpoint ci-joint et visitez http://pfongue.org/ADG-Aide-au-Developpement-Gembloux.html)

Mme Astou Sarr de l’ONG SIGTSAVERS a en suite fait une présentation de son ONG et de ses activités qui visent à éliminer la cécité évitable et promouvoir l’égalité de chance pour les personnes handicapées :

• Projet de lutte contre le trachome (Dakar, Louga, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Thiès)
• Projet de lutte contre la cataracte (Dakar, Louga, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Ziguinchor, Kédougou, Sedhiou)
• Projet dédié aux vices de réfraction (Louga, Kaolack, Ziguinchor)

But :

Assurer que tous les droits des personnes handicapées sont respectés au Sénégal

Objectif général :

Contribuer à la mise en œuvre de stratégies novatrices d’inclusion sociale compréhensibles et sensibles aux droits des personnes handicapées
(Pour plus d’information voir fichier Powerpoint ci-joint)
Les représentants du Ministère de l’éducation et de l’association CAUSE, partenaires de SIGHSTAVERS, ont participé également à la présentation.
Mr Séné du Ministère de l’éducation a parlé du Projet test d’éducation inclusive en faveur des enfants déficients visuels. Il s’agit d’accueillir des enfants mal voyants et non voyants dans trois écoles ordinaires situées au niveau des IEF de Guédiawaye, Thiaroye et Rufisque commune dans la banlieue de Dakar

Axes d’intervention :
• renforcement de capacité,
• construction et équipement,
• prise en charge médicale,
• partenariat et appui organisationnel.
(Pour plus d’information voir fichier PDF ci-joint )

Les participants ont posé beaucoup de questions aux intervenants, surtout sur les sujets suivants :

• L’inclusion économique dans le secteur agricole et l’efficacité du système d’assurance
• La capacité de l’Etat de faire front aux problèmes liés à l’éducation inclusive à niveau national et de garantir la pérennisation des activités visant l’inclusion des étudiants handicapés.

ADG a parlé de l’existence d’une assurance multirisque qui prend en charge aussi le matériel agricole. Leur projet touche environ 40.000 personnes et la demande de crédit individuel est pour le moment très limitée. ADG et GRET ont une collaboration avec la CNAAS pour adapter leur service à ce type d’activité.
Le Ministère de l’éducation est conscient des ses limites et a mise en place un cadre de concertation dont le but est de garantir justement la pérennisation. Ils ont un budget de 100 millions qui est très limité par rapport aux besoins mais ca représente un point de départ important et l’intention du gouvernement de s’engager dans l’inclusion. Sightsavers garanti un appui « léger » pour les 5 ans suivants la fin de leur projet. Cette ONG collabore avec le Ministère de l’éducation pour identifier toutes les initiatives sur le territoire et capitaliser les expériences. Le cadre de concertation permet d’aider les ONG à concentrer leurs activités la ou existe un réel besoin.

Un de pont clef de la discussion a été le fait que l’Etat et les ONG doivent travailler en étroite collaboration. L’Etat nécessite de l’appui des ONG pour l’énorme travail d’analyse de la situation national et de formation du personnel (et des familles) qui doit s’occuper des étudiants avec des difficultés. Les ONG nécessitent de l’intervention de l’Etat et de la collaboration avec les associations des parents surtout pour garantir la pérennisation des initiatives d’inclusion. Seulement l’engagement de l’Etat en fin peut faciliter le changement culturel dans certaines zones du Pays ou l’handicap est aperçu comme une condition à cacher.
La lutte contre l’exclusion sociale dans le sens général doit être une priorité à tous les niveaux à partir de l’accessibilité des informations.

Le débat a duré toute la matinée et tous les participants ont contribué à la réussite de cette dix neuvième édition du Deb’ataya. Nous espérons qu’à travers les échanges d’idées et de contacts lors de cette journée la PFONGUE aussi peut apporter sa contribution pour faciliter l’inclusion sociale au Sénégal.