Accueil » Events & Jobs » ACF recherche ÉVALUATEUR EXTERN

ACF recherche ÉVALUATEUR EXTERN

lundi 25 juillet 2016

La candidature portant la mention « Offre candidature évaluateur externe projet Podor » en titre du message doit être envoyée par e-mail à l’adresse suivante : acfrecrutconsult@sn.acfspain.org avant le 15 Aout 2016, à 18 heures (heure locale). Seuls les candidats qualifiés seront contactés. Aucun dossier ne sera restitué aux soumissionnaires.

Termes de Référence

EVALUATION EXTERNE DU PROJET

Renforcement de la lutte contre la malnutrition aiguë sévère (MAS) dans le département de Podor au Sénégal

Financé par La Fondation CAIXA

Période évaluée : 1er Mars 2015 au 30 juin 2016

Personne contact :
Coordinatrice médico nutritionnelle Mission Sénégal : BUSIERE Sandrine
TDR rédigés le : 19/07/2016

1 CONTENU DE L’EVALUATION INTERNE

1.1 Objectif de l’évaluation externe
L’évaluation d’un projet doit considérer les objectifs, résultats et indicateurs du cadre logique de ce projet. Elle doit analyser les standards et qualité des biens et services délivrés par le projet, en tenant compte des procédures de management ACH, de l’opinion des bénéficiaires, du bailleur, des acteurs locaux, du département technique d’ACH et de tout autre acteur clé en lien avec le projet.
L’évaluation qui fait l’objet des présents termes de référence est une évaluation finale dont l’objectif principal est d’apprécier les points forts et faibles de l’action au terme de sa mise en œuvre, avec une analyse approfondie des démarches d’intervention dans un objectif d’amélioration et de reproductibilité de celles-ci.
Elle intervient au terme de 16 mois de projet déroulé dans le département de Podor. En effet, le projet a commencé en Mars 2015 et s’est terminé le 30 Juin 2016. L’évaluation finale sera donc réalisée par un consultant externe dans les 3 mois qui vont suivre la fin du projet. Il faut noter que ce projet a constitué un co-financement avec les bailleurs d’urgence CERF (géré par l’UNICEF) et OFDA (coopération américaine) et que l’intervention dans le département de Podor se poursuit jusque fin Décembre 2016 au moins.

1.2 Résultat attendu
Le résultat attendu à l’issue de l’évaluation est qu’ACH dispose de recommandations pour améliorer la pertinence des stratégies et méthodologies d’intervention, et par conséquent la viabilité et la pérennité de ses actions d’amélioration de la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère.
Pour ACH au Sénégal, les recommandations formulées seront prises en compte lors de la formulation du nouveau projet pour l’année 2017 qui constituera une transition entre l’urgence et le développement.
Ce rapport d’évaluation sera également communiqué au bailleur de fonds, la fondation CAIXA, qui disposera ainsi d’une analyse objective des forces et des faiblesses du projet mis en œuvre pendant 15 mois à Podor par ACH en partenariat avec les région médicale de St Louis et les ONG nationales travaillant au niveau communautaire.

2 PLAN DE TRAVAIL

Le planning d’évaluation interne ci-dessous est envisagé :
Date de démarrage prévue : 01/09/2016
Date de fin prévue : 23/09/2016
Date de soumission du 1er draft de rapport : 25/09/2016
Date de soumission du rapport final : 30/09/2016
Langue du rapport : Français

3 PROGRAMME À ÉVALUER

3.1 Présentation générale
La mission Sénégal d’ACH Espagne a ouvert en 2012 en réponse à la crise nutritionnelle, avec la mise en place de plusieurs programmes d’appui à la Prise en Charge de la Malnutrition Aigüe Sévère. Ces programmes se poursuivent actuellement dans les régions du nord de même que des activités de prévention dans le domaine de la nutrition, de l’hygiène et de l’assainissement ainsi que de la sécurité alimentaire. En 2016, ACH a participé à l’écriture du plan de riposte national pour la prise en charge de la malnutrition. En effet, l’enquête SMART réalisée fin 2015 a montré que la prévalence de la Malnutrition aigüe sévère (MAS) est encore élevée et le département de Podor (région de St Louis) reste la zone la plus affectée par la malnutrition aiguë avec une prévalence de 18.2%. Le plan de riposte a montré le besoin d’appui à la région médicale de Louga qui se trouve à nouveau en situation de crise avec une prévalence de la MAS de 2,5% et de 16,1% de MAG. En 2016, la mission Sénégal possède ainsi 4 bases opérationnelles : Dakar (capitale), Matam, Louga et Podor (Région de Saint Louis) où sont mis en œuvre des programmes de nutrition (Matam, Louga, Podor et Dakar), WASH (Matam, Podor et Dakar) et Sécurité alimentaire (Matam et Podor).
En 2014, la fondation CAIXA a ouvert un appel à propositions visant spécifiquement, pour le Sénégal, la prise en charge de la malnutrition en situation d’urgence. Après une phase d’identification des besoins impliquant des rencontres avec les acteurs institutionnels et des visites de terrain, ACH Espagne a soumis un projet de prise en charge de la malnutrition aigüe sévère (PECMAS) pour répondre à la crise nutritionnelle dans le département de Podor en venant en appui à la région médicale de St Louis, qui a reçu l’approbation du bailleur.
C’est ainsi que le « Projet de la lutte contre la malnutrition aiguë sévère (MAS) dans le département de Podor au Sénégal » a démarré en Mars 2015 en complément d’une intervention qui avait-elle démarré en Juillet 2014 avec des financements OFDA.

Le document du projet ainsi que le cadre logique et les indicateurs sont présentés en annexe.

3.2 Période évaluée

La période envisagée pour la présente évaluation, à savoir le mois de Septembre 2016, sera 2 mois après la fin du financement CAIXA mais le projet PECMAS de Podor se poursuit avec des fonds OFDA et ECHO jusque fin Décembre 2016. L’intervention étant donc toujours en cours, l’évaluateur pourra évaluer le projet avec le dispositif en place ce qui facilitera sa tâche.
Il sera également possible de rencontrer les partenaires d’ACH à Dakar, à St Louis et à Podor pendant cette période.

3.3 Résultat attendu de l’évaluation

A l’issue de cette évaluation, ACH dispose de recommandations pour améliorer la pertinence des stratégies et méthodologies d’intervention, et par conséquent la viabilité et la pérennité de ses actions d’amélioration de la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère.
Les résultats de cette évaluation viendront compléter et seront intégrés au travail de capitalisation, qui servira de base à la définition d’une nouvelle intervention pour l’année 2017, si le projet reçoit l’approbation du bailleur.
Les questions auxquelles l’évaluation devra répondre sont les suivantes :
• Les indicateurs du projet ont-ils été atteints à fin de l’action ?
• Quelles sont les points forts et les points faibles de l’intervention ?
• Les relations avec les partenaires (région médicale et acteurs communautaires du Programme de Renforcement Nutritionnelle – PRN de la CLM) ont-elles été de bonne qualité ?
• Est-ce que ces partenaires institutionnels ont intégré les principes de la démarche d’intervention, la jugent-ils pertinente ?
• La qualité des soins dans les structures de santé est-elle effective tout en gardant l’objectif d’appropriation de la PECMAS par le système de santé ? Le protocole PECMAS national est-il bien appliqué ?
• Les formations des agents de santé en PECMAS ont-elles été effectives et de qualité ? Les agents communautaires ont-ils été formés à la prévention, la détection et le suivi des cas de malnutrition ?
• Les activités d’eau, d’hygiène et d’assainissement comme la mise à disposition de kits d’hygiène ont-elles eu un impact sur la nutrition ?
• Les actions mises en place pour réduire les abandons en 2016 notamment dans le DS de Pété sont-elles efficaces ?
• Est-ce que des actions de passation de la PECMAS au système de santé sont en cours ? Si oui, sont-elles adaptées ?
• Quels sont les points de vue des bénéficiaires (maman d’enfants MAS) sur le projet ? Points positifs et points négatifs.
L’évaluateur a la liberté d’ajouter d’autres points sur lesquels il jugera pertinent de faire des recommandations et commentaires.

4 CRITÈRES D’ÉVALUATION

L’évaluation externe sera menée selon les critères définis par la fondation CAIXA : Pertinence (adéquation et cohérence), coordination, couverture, efficience, impact et viabilité.

4.1 Pertinence

L’évaluateur devra déterminer si le projet est pertinent et approprié aux populations, à leurs besoins et à leurs priorités, si l’action a identifié correctement les problèmes et besoins, et si elle y a répondu de manière adaptée. Les points suivants pourront être étudiés :
• Est-ce que l’intervention a été appropriée aux besoins de la population et au contexte – spécifiquement la PECMAS ?
• Est-ce que l’évaluation initiale a identifié correctement les besoins en matière de PECMAS ?
• Est-ce que les actions entreprises ont été appropriées par rapport aux besoins identifiés ?
• Quelle est la pertinence technique des actions entreprises par rapport à l’atteinte des objectifs ?
• Quel est le degré de satisfaction des bénéficiaires ? Des autorités locales et nationales du secteur ?

4.2 Coordination

Il est important de pouvoir évaluer si la coordination avec les partenaires a été effective et constructive pendant la mise en œuvre du projet. Les points suivants pourront être étudiés à ce sujet :
• Des réunions de coordination, ateliers nutrition ont-ils été financés et mise en œuvre pendant la durée du projet ?
• Les partenaires de l’intervention (Région médicales de St-Louis, CLM, acteurs communautaires) ont-ils été satisfaits de la coordination avec l’équipe d’ACH ?
• Des comptes rendu de l’effectivité de la coordination sont-ils disponibles ?
4.3 Couverture
Lors de cette évaluation, le consultant devra déterminer s’il y a eu une bonne couverture des besoins par le projet, en étudiant par exemple les points suivants :
• Est-ce que la couverture géographique a été suffisante et appropriée ?
• Est-ce que le nombre de personnes bénéficiant de l’action est approprié ?
• Le positionnement géographique d’ACH et le choix du département de Podor est-il pertinent ?

4.4 Efficience

L’efficience mesure si les diverses activités mises en œuvre ont utilisé de manière adaptée les moyens disponibles pour maximiser l’action, en terme de qualité, quantité et respect des délais.
Elle est liée à la question « les choses ont-elles été réalisées de la meilleure manière possible ? » et intègre donc l’idée de « meilleur rapport qualité/coût » : les résultats atteints auraient-ils pu être équivalents voire plus importants à moindre coût par d’autres moyens ?
• Appréciation adéquate de la viabilité financière, utilisation appropriée du budget.
• Le support logistique et financier sur place est-il adapté et efficient pour assurer la mise en œuvre du projet ?
• Les mécanismes de contrôle, de paiement, les procédures sont-elles suffisantes et adaptées pour assurer la meilleure utilisation des moyens et éviter les dérives et la corruption ?
• Le matériel utilisé était-il de qualité adapté ? Y a-t-il un système satisfaisant mis en place pour assurer cette qualité ?
• Comment la performance des activités du projet peut être améliorée ? Le coût par bénéficiaire aurait-il pu être réduit ?

4.5 Impact

L’impact d’une action est la situation issue de l’ensemble des changements significatifs et durables, positifs ou négatifs, prévus ou imprévus, dans la vie et l’environnement des personnes et des groupes et pour lesquels un lien de causalité direct ou indirect peut être établi avec l’action.
Lors de cette évaluation, l’évaluateur devra déterminer l’impact du projet, en étudiant par exemple les points suivants :
• Quelles preuves directes et indirectes sont disponibles pour mettre en évidence que l’action entreprise a contribué à participer à l’objectif général, à l’améliorer de la prévention, du dépistage et de la prise en charge gratuite et de qualité de la malnutrition aiguë des enfants de moins de 5 ans ?
• Quelle était la situation avant l’intervention et comment a-t-elle évolué ?
• Dans quelle mesure les objectifs généraux, spécifiques, les résultats et activités, comme précisé dans le cadre logique, ont-ils été atteints ? Les indicateurs utilisés pour suivre ce point sont-ils SMART ?
• Quels sont les impacts attendus et inattendus, positifs et négatifs du projet ?
• Y a-t-il des possibilités d’améliorer l’impact, et la mesure de cet impact ?

4.6 Durabilité/viabilité

Le consultant devra déterminer dans quelle mesure les activités et/ou l’impact perdureront après le départ de l’équipe d’intervention. Ce critère pourra notamment être observé à travers les points suivants :
• Y a-t-il une stratégie de désengagement ?
• Comment le contexte à long terme a-t-il été pris en compte ?
• Comment les capacités locales ont-t-elles été renforcées et l’appropriation de la PECMAS par le système de santé est-elle en cours ou effective ?
• Quelle a été l’appropriation du projet au niveau local ?
• Y a-t-il une pérennité financière ?

4.7 Points transversaux

ACH souhaite également que les points transversaux soient intégrés à l’évaluation, notamment le genre, le handicap, la protection, l’impact environnemental, la participation des acteurs locaux et le partenariat.

5 METHODOLOGIE POUR L’ÉVALUATION INTERNE

L’évaluation se déroulera suivant les quatre étapes détaillées ci-dessous :
5.1 Briefing
Avant le démarrage de l’évaluation, un briefing sera organisé avec le personnel de la mission, incluant l’équipe en charge de la mise en œuvre du projet.
• Rencontre avec l’équipe projet à Dakar et Podor et étude des documents de projets (demandes de financement, rapports d’activités, rapports de suivi, ...).

5.2 Visite terrain
La collecte de données se fera comme suit :
• Information directe : Visite des activités et réalisations du projet dans au moins 3 CREN et 5 UREN
• Information indirecte : Entretien avec les bénéficiaires du projet, avec les représentants des communautés et autorités locales, avec les autorités institutionnelles, avec l’équipe opérationnelle.

Pour la collecte d’informations, trois niveaux peuvent être identifiés :
1. Informations directes : visite des sites de projet et des infrastructures réalisées.
2. Informations indirectes : entretiens avec les bénéficiaires et les acteurs locaux ; entretiens avec les équipes projets (expatriés et employés nationaux de ACH). Pour la collecte d’informations indirectes, des méthodes standard et participatives d’évaluation seront utilisées (PRA / HH entretiens et FGDs avec les bénéficiaires, les non-bénéficiaires ...).
3. L’analyse des informations secondaires, c’est-à-dire la revue des données de suivi du projet (tableau de suivi des indicateurs, bases de données, fiches de suivi...) et toutes autres données statistiques pertinentes.

5.3 Débriefing

A Podor avant le retour à Dakar :
Les premiers résultats de l’évaluation seront partagés et discutés avec l’équipe projet sur le terrain, de même que les recommandations principales.
Au niveau de l’équipe de coordination de Dakar :

Les principales conclusions de l’évaluation seront partagées au niveau des bureaux de Dakar avec l’équipe de coordination.

5.4 Rédaction du rapport

Un premier draft de rapport sera soumis au plus tard le 25 Septembre 2016, après le débriefing final au niveau de la mission. Le rapport final sera soumis au plus tard le 30 Septembre 2016 après avoir reçu les commentaires de l’équipe de coordination de Dakar.
Le rapport suivra les principes d’évaluation définis par les présents TDR. Il présentera les principales conclusions de l’évaluation et des recommandations détaillées. Le rapport doit être synthétique, ayant pour vocation d’être facilement utilisable par l’équipe projet.
Les demandes de révision et commentaires seront prises en compte par l’évaluateur dans le rapport final. L’évaluateur utilisera le format de rapport fourni par ACH en vue de permettre une capitalisation des leçons apprises et des bonnes pratiques cadrant avec les autres projets ACH.
Il sera concis et ne devra pas dépasser 35 pages, annexes inclues. L’usage de photos et de vidéos pour appuyer les commentaires seront particulièrement appréciés. Les principales conclusions et recommandations seront clairement récapitulées en fin de rapport dans deux paragraphes séparés.

5.5 Délivrables

Les résultats de l’évaluation seront présentés dans un rapport écrit en français.
Le rapport sera diffusé auprès du bailleur après traduction en espagnol, et sera joint en annexe du rapport final.
Les principales recommandations issues de l’évaluation seront suivies et les leçons apprises intégrées dans les outils / méthodologies d’ACH dans les projets à venir.

6 PROFIL DE L’ÉVALUATEUR

Le profil de l’évaluateur devra correspondre aux conditions suivantes :
• Au minimum 5 ans d’expérience professionnelle sur des programmes de prise en charge de la malnutrition aigüe sévère et/ou santé publique à l’international ;
• Formation supérieure en santé ou nutrition avec des connaissances en gestion de projet ;
• Expérience en évaluation externe souhaitée ;
• Maîtrise de la langue française exigée ;
• Connaissance du contexte ou expérience de travail en Afrique de l’Ouest souhaitable.

7 SOUMISSION DE CANDIDATURE

ACF offrira un contrat de prestation de service d’une durée de 3 semaines.
Les candidats intéressés sont priés de présenter un dossier complet comprenant :
-  un CV détaillé
-  une lettre de motivation expliquant l’aptitude du candidat pour le poste
-  attestations ou tout autre document prouvant son expérience similaire

La candidature portant la mention « Offre candidature évaluateur externe projet Podor » en titre du message doit être envoyée par e-mail à l’adresse suivante : acfrecrutconsult@sn.acfspain.org avant le 15 Aout 2016, à 18 heures (heure locale). Seuls les candidats qualifiés seront contactés. Aucun dossier ne sera restitué aux soumissionnaires.