Espace membres

Accueil / Vie de la plate-forme / Deb’ataya / Deb’ataya 22 _ Migration

Deb’ataya 22 _ Migration

« Migration de retour et sensibilisation sur la migration irrégulière »

Le 25 Janvier 2018 les représentants d’une quarantaine d’organisations se sont réunis dans les locaux de l’ONG ACTED pour la 22ème édition du Deb’ataya. Les ONG membres de la PFONGUE COSPE, LVIA, VILLAGE PILOTE et CIPSI ont exposé leurs réalisations dans le domaine de la migration.

Mme Silvia Lami a présenté les activités de l’ONG LVIA sur les migrations et en particulier sur la migration de retour au Sénégal :

• les résultats du « Projet de réinsertion socioprofessionnelle des migrants sénégalais de retour » financé par l’AICS dans le cadre du programme « Urgence Migration ». Le projet, réalisé entre décembre 2016 et septembre 2017 en partenariat avec ARD Thiès (programme JAPPANDO), CARITAS Thiès, SUNUGAL et CO.S.SAN, vient de terminer et a permis d’abord la réalisation d’une recherche basée sur un échantillon de plus de 500 migrants de retour résidents dans la région de Thiès, ensuite la sélection et l’accompagnement de 30 start up gérées par des migrants.
• Les activités de « The greening plastic project », un projet d’appui d’une entreprise écologique d’un migrant de retour basé à Thiès qui produit tuyaux goutte à goutte en plastique recyclée. Le projet a été financé par les programmes hollandais VIAWATER et DAWCA.
(Pour plus de détails voir présentation annexée)

Mme Petiot a fait une présentation du programme de formation de l’ONG Village Pilote, proposé aux enfants et jeunes pris en charge sur le site de l’organisation au Lac Rose, comme outil d’insertion socioprofessionnelle et facteur de dissuasion de départ des jeunes dans leur projet migratoire.
(Pour plus de détails voir présentation annexée)

L’ONG CIPSI a été représentée par Mme Picchio qui à exposé une présentation de la campagne de sensibilisation « TOOG SABAB TEKKI » (rester, entreprendre, réussir), des guichets d’orientation et d’informations aux opportunités de formation, d’apprentissage et d’insertion professionnelle et des services offerts par le projet « PONTI : inclusion sociale et économique, jeunes et femmes, innovation et diaspora », financé par le Ministère d’Intérieur d’Italie. Le projet PONTI vise à favoriser l’acquisition de nouvelles compétences, l’emploi et l’inclusion sociale et économique tout en promouvant le dialogue entre les acteurs impliqués dans le processus de développements local, la création de micro entreprises et les investissements de la diaspora dans des secteurs productifs durables afin d’améliorer le cadre de vie des groupes le plus vulnérables et lutter contre les causes profondes des migration irrégulières.
(Pour plus de détails voir présentation annexée)

Laura Vigoriti de l’ONG COSPE (vice président PFONGUE) a fait une présentation du projet « Economie Migranti » démarré en janvier 2017 dont l’objectif est de donner des opportunités d’emploi aux jeunes generations du Sénégal. La présentation de COSPE etait focalisée sur les aspects de gouvernance et participation par rapport aux politiques pour les jeunes et transversalement au sujet des migrations. Le projet Economie Migranti inclut des actions finalisées à améliorer la participation des jeunes au processus décisionnaire et à leur permettre de développer la confidence en soi. Il s’agit d’une démarche participative qui veut mettre en relation les jeunes et la société civile avec les instances de décision au niveau local.
(Pour plus de détails voir présentation annexée)

Suite aux 4 présentations des intervenants, les autres participants au deb’ataya ont commencé à poser les questions qui ont alimenté le débat.
Une bonne partie des participants a parlé des problématiques liées au manque de pérennisation des projets menés par les ONG et de la nécessité de créer un système pour la gestion des ces projets à niveau macro. Les ONG interviennent individuellement et séparément et ce manque de coordination affecte la durabilité des actions.
Pendant le débat les participants ont évoqué à plusieurs reprises l’importance de l’éducation, de la formation professionnelle et surtout de l’inclusion des jeunes dans les processus décisionnaires des communautés dans lesquelles ils vivent.
Malgré les problèmes liés à la migration, tous les participants à cette rencontre ont convenu sur le principe que migrer est un droit inaliénable de l’être humain. L’action des ONG vise à défendre ce droit et à donner à tous la possibilité d’en profiter avec conscience. Migrer doit etre une choix et pas un geste désespéré du au manque d’opportunité dans le Pays d’origine.

Ont participé au débat aussi des migrants de retour qui ont raconté leurs expériences.
La crise en Europe à causé un grand flux migratoire de retour vers le Sénégal. Beaucoup d’actions sont menées par les ONG pour faciliter la réinsertion des migrants de retour. L’absence de l’Etat dans ce processus d’accompagnement et le manque de coordination entre les organisations et structures impliquées représentent toujours une grande limite.

La Plateforme des ONG Européennes a parmi ses objectifs celui de faciliter les échanges, favoriser la création de partenariats entre les organisations impliquées dans l’aide au développement et aussi faire remonter à l’attention des gouvernements et des bailleurs les résultats des actions menées par ces organisations.
Il a été évoqué à plusieurs reprises pendant le deb’ataya le besoin de coordination et d’harmonisation des actions dans le domaine de la migration. Pour cette raison nous encourageons les participants à cette rencontre à utiliser la PFONGUE comme base pour la création d’une groupe thématique MIGRATION.