Accueil / Annonces / EVALUATION EXTERNE A MI-PARCOURS DU PROJET OFFRES DE SERVICES INTEGRES EN (...)

EVALUATION EXTERNE A MI-PARCOURS DU PROJET OFFRES DE SERVICES INTEGRES EN MILIEU RURAL POUR L’INCLUSION SOCIALE (OSIRIS)

L’offre rédigée en langue française et sous plis fermé portant mention « Evaluation à miparcours du projet OSIRIS » doit parvenir à ADG au plus tard le 28 août 2017 à l’adresse suivante :
100, rue 41 Cité El hadji Malick Sy
BP-746 THIES SENEGAL Tel : +221 33 951 64 11
Email : senegal@ong-adg.be

Publié le 7 août 2017

1. Présentation du projet OSIRIS
Le projet OSIRIS est acquis dans le cadre de l’appel à proposition de l’Union Européenne :
« Favoriser l’autonomisation pour améliorer les moyens de subsistance des personnes marginalisées, vulnérables et dépendant de l’économie informelle, notamment grâce au développement des compétences, et à l’éducation et à la formation professionnelles »
(Référence : EuropeAid/135181/C/ACT/Multi).
Il est mis en oeuvre par ADG et ses partenaires (RESOPP, COOPEC-RESOPP, GRAIM, CNAAS, CRET) grâce au financement de l’Union Européenne pour une durée de quatre années (janvier 2015 à décembre 2018).
Le projet va contribuer à l’éradication de la pauvreté et l’exclusion sociale des populations rurales vulnérables du Sénégal.
Grâce à ce projet, le RESOPP (union de coopératives regroupant près 35.000 membres) va étendre ses actions tant du point de vue géographique (affiliation de 3 nouvelles coopératives dans 3 nouvelles régions d’intervention) que de la diversité des services proposés (introduction de l’assurance santé et de l’assurance agricole, renforcement de la formation).
L’objectif spécifique du projet est « d’améliorer la protection sociale et économique des populations rurales vulnérables dépendant de l’économie informelle, en déployant une offre de services coopératifs et mutualistes dans 8 régions du Sénégal ». L’atteinte de cet objectif spécifique dans les départements de Podor, Louga, Kébémer, Tivaouane, Thiès, Mbour, Foundiougne, Kaolack, Koungheul, Tambacounda et Sédhiou devrait passer par le déploiement
d’une action conçue selon une approche intégrée et structurée autour de trois résultats complémentaires ainsi déclinés avec leurs activités :

Résultat 1 : Les lieux d’implantation des institutions du Système RESOPP offrent une panoplie de services économiques et sociaux diversifiés et complémentaires, favorisant l’inclusion sociale :

 Renforcer les connaissances des acteurs et des populations sur l’exclusion/ l’inclusion sociale ;
 Renforcer l’offre d’assurance maladie dans les zones d’intervention du RESOPP ;
 Développer des produits d’assurance agricole dans les zones d’intervention du RESOPP ;
 Améliorer l’offre de services financiers et non financiers du système RESOPP ;
 Développer une offre de formation ;
 Articuler l’offre d’une panoplie de services.

Résultat 2 : Le Système RESOPP renforce sa capacité d’intervention et sa couverture géographique au bénéfice des populations rurales vulnérables :

 Elargir le réseau des institutions du système RESOPP (Dialacoto, Sibassor et Djilor) ;
 Adapter les instances et le fonctionnement du RESOPP aux élargissements envisagés ;
 Mettre à niveau les élus et le personnel technique du RESOPP en rapport avec les nouveaux enjeux ;
 Appuyer la consolidation des coopératives et agences existantes.

Résultat 3 : Les processus et les résultats du modèle de résilience des populations vulnérables préconisé par OSIRIS sont mis à disposition des décideurs comme contribution aux politiques publiques :

 Développer la communication et l’événementiel sur la finalité du projet et ses résultats ;
 Renforcer les capacités de plaidoyer, de lobbying et de négociation des responsables des faitières ;
 Développer un réseau de collaborations formelles et informelles ;
 Faire reconnaitre le RESOPP comme un acteur majeur au sein des instances de prise de décision.
Concrètement, OSIRIS fournira une protection sociale et économique aux populations rurales vulnérables dépendant de l’économie informelle dans les départements de Podor, Louga, Kébémer, Thiès, Tivaouane, Mbour, Foundiougne, Kaolack, Koungheul, Tambacounda et Sédhiou. Les résultats significatifs escomptés du projet sont entre autres :
 un dispositif de connaissance, d’analyse, d’orientation et de suivi-évaluation axé sur l’inclusion sociale, considérant la diversité socio-économique, géographique et de genre des exploitations familiales ;
 le renforcement de l’employabilité et de l’auto-emploi, destinés aux personnes et groupements, via le développement et la dispense de 25 modules de formation professionnelle (2.500 individus formés, majoritairement des jeunes et des femmes) ;
 50.000 membres bénéficiant des services de coopératives rurales (approvisionnement en produits alimentaires, en intrants : semences certifiées, fertilisants agricoles, en aliments de bétail, en produits phytosanitaires et en produits vétérinaires ; commercialisation des excédents de productions agricoles et appui-conseil) dont 12.500 chefs d’exploitation ayant souscrit à une assurance agricole ;
 40.000 membres ayant accès aux services financiers à travers des mutuelles (épargne, crédit, transfert d’argent, paiement divers) et non financiers ;
 200.000 personnes couvertes par une assurance santé à travers des mutuelles de santé. Au terme de 30 mois d’exécution de l’action OSIRIS, ADG et ses partenaires (RESOPP, COOPEC-RESOPP, GRAIM, CNAAS, CRET) comptent s’attacher les services d’un cabinet de consultants afin de procéder à l’évaluation externe à mi-parcours du projet.

2. Contexte
Le projet Offre de Services Intégrés en milieu Rural pour l’Inclusion Sociale (OSIRIS) a bouclé sa deuxième année de mise en oeuvre. Son but se résume par la mise en place et le développement d’un ou de paquets de services coopératifs et mutualistes capables d’instaurer et d’améliorer la protection économique et sociale des populations vulnérables évoluant dans des activités primaires du secteur informel.
Les études de base en ce qui concerne la situation sur les mutuelles de santé, le niveau d’inclusion/d’exclusion sociale des populations au niveau des zones d’action du projet sont réalisées et finalisées. L’extension du système RESOPP est effective sur l’ensemble des onze départements, à Podor, Louga, Kébémer, Tivaouane, Thiès, Mbour, Kaolack, Koungheul, Foundiougne, Sédhiou et Tambacounada.
Dans chacune de ces zones d’implantation du réseau les coopérateurs ainsi que leurs familles ont accès à de nombreux services sociaux et économiques intégrés et complémentaires nécessaires pour entrainer une inclusion sociale appropriée et durable. Il s’agit d’un accès facilité aux intrants et équipements agricoles, aux aliments de bétail et produits vétérinaires, aux renforcements de capacités sur la production agricole et animale, à un appui-conseil, au
crédit, à l’épargne, à l’appui et accompagnement de la commercialisation des excédents de produits, aux produits d’assurance (ADI, assurance indicielle, assurance classique) et à l’entrepreneuriat rural.

3. Objectifs et résultats attendus de l’évaluation

L’objectif principal de l’évaluation est d’apprécier les effets vers l’atteinte des résultats du projet, la mise en place des conditions qui pourront assurer la durabilité et d’émettre des recommandations pour l’amélioration de l’efficacité, l’efficience et la durabilité de l’impact de la mise en oeuvre du projet OSIRIS.

De manière plus détaillée, la réalisation de l’évaluation va permettre de :
 Voir si les résultats attendus seront atteints dans la durée : les résultats et la pérennité des réalisations seront évalués et quantifiés en vue de dégager des enseignements et leçons que l’on peut capitaliser pour la poursuite des activités du projet ; notamment concernant les produits et services innovants ainsi que les différents fonds mis en place par le projet ;
Formuler des réorientations éventuelles des activités en relation avec les objectifs du projet et les résultats attendus : s’assurer que le projet est sur la voie de la réalisation des résultats prédéfinis et mettre en évidence des recommandations sur les tendances à maintenir et les ajustements nécessaires à apporter à l’action, notamment les produits et services innovants ainsi que les fonds de crédit, les fonds de commercialisation et les
fonds d’appui à la mise en oeuvre des plans d’affaire ;
 Analyser les capacités du consortium à mener à bien le projet et voir les améliorations possibles dans l’organisation de l’attelage : le consultant fera ici une analyse du cadre institutionnel et des mécanismes de gestion du programme par les différentes parties prenantes ;
 Recueillir la perception des acteurs et des bénéficiaires sur le processus de mise en oeuvre globale du projet ;
 Voir en quoi le projet permet ou ne permet pas de consolider le RESOPP et la COOPECRESOPP dans son processus de développement (cohérence, capacité d’absorption et d’assimilation des innovations, satisfaction des besoins des membres).
L’analyse se basera sur les autres critères de pertinence de conception, d’efficacité, d’efficience, de durabilité, et d’impacts.

Critères et Points d’attention
1 Pertinence Validité de l’objectif du projet dans le cadre de la politique de développement du pays bénéficiaire aux priorités nationales ainsi que des besoins des bénéficiaires. La pertinence du Projet par rapport aux priorités nationales est déterminée
2. Efficacité - Niveaux d’atteinte de chaque résultat
- Facteurs explicatifs des performances et contreperformances
3. Efficience Performance globale du Projet au regard des objectifs et résultats attendus mentionnés dans le cadre logique, des produits en relation avec les intrants, de la gestion financière, du calendrier de mise en oeuvre et de la stratégie développée en matière de partenariats.
4. Impact Effets directs et indirects, positifs et négatifs, découlant de la mise en oeuvre du projet, y compris la mesure dans laquelle l’objectif global est en train d’être atteint.
5. Durabilité Dispositif de pérennisation des outils et services en cours de mise en place par le Projet.
Dispositif de pérennisation dans l’appropriation des outils et des services mis en place par le projet par les acteurs clés et les bénéficiaires.

Il est attendu de la mission un rapport final et toutes les annexes jugées pertinentes. Le rapport comprendra notamment :

une analyse de la pertinence, de l’efficacité et de l’efficience, de l’impact et de la
durabilité des opérations conduites dans le cadre du projet ;
 une analyse de (i) la cohérence globale du projet ; (ii) et la fonctionnalité des services et produits innovants et des fonds mis en place ;
 une analyse du cadre institutionnel mis en place et des arrangements institutionnels liés de mise en oeuvre ;
 une analyse de la consolidation du système RESOPP dans ses objectifs et dans sa finalité ;
 une analyse des degrés de complémentarités et synergies des actions avec celles financées par d’autres partenaires dans le domaine ;
 une analyse du dispositif de communication interne et externe du projet ;
 une synthèse des points forts et des succès du projet au niveau de ses différentes composantes, et d’autre part, l’analyse des difficultés rencontrées et des échecs éventuels, afin d’en dégager des enseignements et d’identifier les enjeux ou les problèmes qui devraient être pris en compte dans la poursuite du projet, tout en tenant compte des contextes et des spécificités des coopératives/agences et des zones géographiques ;
 pour chaque conclusion, dans la mesure du possible une recommandation
correspondante sera formulée. Les recommandations seront présentées sous la forme d’une matrice identifiant le responsable de la mise en oeuvre, les modalités techniques et administratives, les parties prenantes, l’échéancier pour la mise en oeuvre.

4. Organisation de l’évaluation

4.1 Compétences requises pour mener l’évaluation
Les compétences requises pour réaliser cette évaluation sont celles d’une équipe d’experts couvrant les domaines suivants :
 Connaissances et expériences professionnelles en matière d’évaluation participative ;
 Connaissances et expériences professionnelles en matière de gestion de cycle de projet ;
 Connaissances et expertises techniques et sectorielles dans les domaines du développement rural ;
 Connaissances approfondies dans les domaines de la Microfinance, finance rurale, services financiers, micro assurance ;
 Connaissances approfondies dans le domaine de la micro assurance (assurance agricole, assurance santé et décès/invalidité) ;
 Les connaissances en protection/inclusion sociale, économique ; en mutualité, en communication avec des groupes hétérogènes seront considérées comme des plus.

4.2 Durée de l’évaluation
La durée du travail de terrain de la mission ne doit pas dépasser 25 homme/jour. Le travail préparatoire et de rapportage ne peut excéder 5 h/j en tout. Soit, un total de 30 homme/jour.

4.3 Calendrier prévisionnel de mise en oeuvre de l’évaluation
La mission d’évaluation se déroulera entièrement dans les mois de septembre et d’octobre 2017 ; y compris les délais pour les commentaires sur les différents rapports. Toute offre qui dépasse cette période ne sera pas considérée.

4.4 Modalités de mise en oeuvre
La mise en oeuvre de l’évaluation se fera en fonction des indications suivantes :
L’étude sera supervisée par l’équipe d’ADG de concert avec les partenaires du projet (RESOPP, COOPEC-RESOPP, GRAIM, CNAAS, CRET) ;
En plus des bénéficiaires le consultant rencontrera les autorités administratives, les services techniques décentralisés ayant contribué dans la réalisation des actions/activités du projet et les structures partenaires du projet. En début et fin de mission, l’équipe d’évaluation tiendra une réunion de briefing / débriefing avec les parties prenantes du projet. Lors du débriefing, l’équipe d’évaluation présentera un aide-mémoire de fin de mission.
L’évaluation portera sur toute l’action mais les visites de terrain se tiendront dans des parties suffisamment représentatives de la zone d’action et de la diversité des activités du projet que les consultants voudraient bien justifier dans leur proposition ; Pour ce faire, ADG annexera aux présents TDR le contrat de subvention OSIRIS, les rapports d’activités et financiers, les rapports d’études du projet OSIRIS ainsi tout document pertinent. L’équipe d’évaluation partagera son temps de mission entre Thiès, Dakar et les sites de mise en oeuvre du projet dans les autres régions du pays.
L’équipe de consultants basera son rapport sur l’examen des divers documents qui lui seront remis avant et au cours de la mission (cf. liste provisoire ci-dessous), des visites de sites et les entretiens qu’elle conduira avec les différentes parties prenantes.

4.5 La documentation
La documentation de base de l’évaluation sera composée :
 du document de projet OSIRIS tel qu’il a été approuvé par le bailleur ;
 de la convention de partenariat dans le cadre d’OSIRIS, des conventions annexes signées entre acteurs du projet ;
 les rapports intermédiaires annuels 2015, 2016 ;
 le cadre de suivi de rendement réactualisé à la période la plus récente (juillet 2017 pour certains indicateurs) ;

 les PV des organes de pilotage du projet ;
 les rapports d’études ;
 etc.
ADG fournira la documentation de base. Celle-ci sera complétée par toute documentation pertinente demandée par le consultant, avant la soumission de son offre, avant le démarrage de la mission, pendant la mission soit à ADG ou aux autres organisations partenaires (RESOPP, COOPEC, GRET, GRAIM, CNAAS) ;

4.6 Logistique
ADG assurera le transport et l’hébergement du consultant et de son équipe éventuellement. Les modalités de conduite de la mission, de même que les aspects légaux et financiers seront consignées dans le contrat de prestation de services pour la conduite de l’évaluation.

5. Conditions de soumission
Les consultants invités à soumissionner devront fournir les éléments suivants :
 Une offre technique comprenant :
 Une note de compréhension des termes de référence (2 pages maximum) et Une présentation de la méthodologie utilisée (3 pages maximum) ;
 Les références et expériences du consultant ou des consultants (10 pages
maximum) ;
 La constitution de l’équipe, la répartition des responsabilités entre ses membres et les CV proposés. Dans l’équipe d’évaluateurs, il est souhaitable d’avoir au moins les profils suivants :
 Un expert en développement rural ;
 Un expert en Microfinance avec des connaissances en finance rurale, en
micro-assurance agricole et en micro assurance santé.
 Le calendrier prévisionnel d’intervention ainsi qu’une estimation des charges en hommes/jours.
 Une offre financière comportant le budget global (Hors Taxe et Toutes Taxes
Comprises) et les prix détaillés (honoraires, indemnités journalières).

L’offre rédigée en langue française et sous plis fermé portant mention « Evaluation à miparcours du projet OSIRIS » doit parvenir à ADG au plus tard le 28 août 2017 à l’adresse suivante : 100, rue 41 Cité El hadji Malick Sy BP-746 THIES SENEGAL Tel : +221 33 951 64 11 Email : senegal@ong-adg.be