Espace membres

Accueil / Projet Jokkale / Actualité du réseau Jokkale / Les enfants en situation de rue et la COVID-19 : formation des policiers (...)

Les enfants en situation de rue et la COVID-19 : formation des policiers aux techniques d’audition

Le Sénégal a enregistré son premier cas de COVID-19 au mois de mars, depuis lors les cas de contamination ne cessent d’augmenter. Les autorités étatiques ont, dès le début de la pandémie, pris les devants pour que les enfants en situation de rues soient le moins possible exposés à la maladie, en les envoyant vers des centres d’hébergement. Une tâche difficile due au nombre et aux moyens réduits de ces centres et surtout, due à la difficulté de créer un lien de confiance avec les enfants.

À ce jour, 234 enfants ont été recensés par les unités de traitement de la COVID-19 au Sénégal, selon le Pr Oumar Ndiaye, chef du service pédiatrie de l’hôpital Albert Royer de Fann et président de la Société sénégalaise de pédiatrie..

Ces enfants pour la plupart sont en situation de rue, car souvent victimes de maltraitance de la part de leurs maîtres coraniques et/ou de leurs familles. Ces enfants qui vagabondent (puni par la loi sénégalaise) sont souvent sans attache géographique dans la capitale.

En cette période de crise, avec les mesures de sécurités prises et notamment le couvre feu de 21h à 5h, les ESR sont livrés à eux même. Si de nombreuses OSC dont le SIF, le Samu Social Sénégal, Village Pilote ont rapidement pris des mesures afin d’aider ces enfants en termes d’aide alimentaire, d’hébergement et de soins d’urgences, il est nécessaire que ces laissés pour compte ne soient plus seuls dans la rue.

Mais sortir un enfant de la rue n’est pas si facile, il est nécessaire d’instaurer un climat de confiance pour que l’enfant accepte d’être approché, soigné et surtout d’être retourné au sein de sa famille. Ainsi, lorsqu’il est question de les sortir de la rue, de les intégrer dans des centres et de les ramener dans leurs familles respectives, il existe une multitude de comportement à tenir.

Les autorités ont officiellement effectué 1219 retours en famille dont 205 dans la la sous-région. Les retours en famille sont les premières choses à faire, mais il faut aussi prendre en compte les causes de départ à la rue de ces enfants, car bon nombre de ces enfants ont été victimes de maltraitance dans leurs familles, voir même d’abus sexuel et ont perdu ce lien de confiance avec les adultes, pourtant primordial.

Il est important pour les forces de l’ordre, qui sont en contact avec les enfants et tous autres acteurs qui sont chargés de ce retrait, de maîtriser les techniques d’audition des enfants mineurs victimes de maltraitance, et de ces enfants en situation de rue pour ne pas créer de traumatisme, ou en réveiller d’autre.

World Vision Sénégal, à travers le projet EU-CP financé par l’Union européenne et avec l’apport du CEGID (Centre de Guidance Infantile Familiale), avait alors formé 20 policiers chargés d’auditionner des enfants.

Focus sur le projet et les techniques apprises lors de cette formation :